« Hanaya, signifie en japonais, fleuriste. J’aime la sonorité douce et féminine de ce mot. Le Japon a une culture de l’harmonie, de la sobriété, l’exigence de la qualité. L’art floral japonais cherche l’équilibre de la composition et des couleurs. C’est aussi ce que je recherche dans ce travail créatif. Très sensible aux couleurs, je puise mon inspiration dans la nature, les jardins ou les bouquets. Mes casiers de perles sont comme des coffrets d’aquarelles et ma table comme la palette d’un peintre. Les perles se déclinent en camaïeux infinis et je les assemble jusqu’à la création d’un bijou unique. Lors des salons de créateurs que j’organise, j’aime la rencontre et le partage. c’est avec plaisir que je peux vous conseiller pour le choix d’un bijou ou pour l’élaboration d’une parure assortie à une tenue. Ces rencontres sont l’occasion de présenter l’association que nous parrainons. Il s’agit de l’association Le Rocher, oasis des cités, à laquelle je reverse 10% de mes bénéfices. »

 

Véronique Rident

Créatrice, Hanaya Bijoux

 

Concept concept concept concept concept concept  Je me suis longtemps posée la question de mes “talents” et de leur fructification, particulièrement pendant toutes les années où j’ai  consacré un temps-plein à ma famille.

Au printemps 2012, alors que cette question refaisait surface et que je la portais intérieurement, la présentant à Dieu dans la prière, j’ai été éclairée par l’écoute d’une émission radio sur la Parabole des Talents (Evangile selon Saint Matthieu XXV, 14-30). L’orateur expliquait que le “mauvais serviteur”, qui avait enfoui son talent dans la terre sans le faire fructifier, l’avait fait par peur. J’ai reçu ce mot fortement en réalisant que beaucoup de peurs pouvaient me retenir dans l’expression de mes talents. Peur de ne pas savoir, peur de ne pas avoir le temps ou l’énergie de conjuguer vie familiale et activité artistique… J’ai alors décidé de poser de petits actes concrets: je me suis fait percer les oreilles et me suis lancée dans la confection de boucles d’oreilles assorties à mes tenues. Très vite encouragée par mes amies, j’ai décidé d’en créer de toutes sortes pour les leur proposer. J’ai créé plus de cent modèles différents dans les mois qui ont suivi. J’ai ressorti mes pinces de chirurgien-dentiste, pinces très fines et précises qui me permettent un travail soigné et de qualité. Ce métier que je n’avais pas exercé depuis près de 20 ans m’était encore au bout des doigts. Les sensations et les souvenirs me revenaient en mémoire avec une certaine émotion. Mes filles papillonnaient dans mon atelier, manipulant les perles à leur tour, me proposant des idées, me tenant compagnie pendant des heures, s’y mettant elles aussi. La perspective de vendre mes bijoux stimule beaucoup ma créativité, avec parfois des défis à relever par des commandes. J’aime la rencontre et l’échange suscités par ce biais.

C’est en novembre 2015 que j’ai pris la décision de m’engager dans la création de mon entreprise. 2016 aura été l’année de la construction de ce projet, avec en mars la participation au stage préalable à l’immatriculation à la Chambre des Métiers et de l’Artisanat. puis l’accompagnement par Pôle Emploi, la formation en ligne aux différents métiers que doit exercer un chef de micro-entreprise.En juillet, j’ai effectué un stage de joaillerie à l’Institut des Arts de la Bijouterie d’Aix en Provence.Le dernier trimestre 2016 fut consacré au travail de mon business-plan, accompagné par un bénévole de l’association Egée. Je suis retournée  en janvier et février 2017 à l’Institut des arts de la Bijouterie pour continuer ma formation. Je me suis installée un véritable établi de bijoutier, avec tous les outils nécessaires au travail des métaux précieux: bocfil (scie ultra fine), limes, chalumeau…

J’ai beaucoup aimé découvrir de nouveaux champs de compétence et tenter de m’y aventurer. J’aurais tellement aimé tout maîtriser rapidement et vous proposer un site et des services dignes des plus grands noms, que je me suis vite sentie très frustrée par ma lenteur d’appropriation et d’exécution. J’ai compris, depuis, que l’art de vivre sereinement sa passion passait par l’acceptation de ses limites et du temps. J’emprunte donc un chemin d’humilité et de patience, tentant d’accueillir au mieux chaque jour, avec ses surprises et ses imprévus, essayant de rester disponible à la rencontre et aux services qui peuvent m’être demandés.

Les marchés de créateurs que nous développons à plusieurs artistes nous apportent chaque année des satisfactions plus grandes. Les visiteurs sont de plus en plus nombreux et les journalistes se plaisent à promouvoir les événements. Le lancement du site est une étape importante en ce début d’année 2017. Les rencontres possibles lors de ces temps forts ne suffisent pas à tous vous satisfaire puisque vous êtes nombreux à ne pouvoir vous déplacer jusqu’à nous. La vente en ligne par l’intermédiaire de ce site me permettra de répondre à vos demandes, vous donnant peut-être l’envie de faire un détour par Valence pour me rencontrer? Vous pouvez êtres sûrs que je vous accueillerais avec joie!

A bientôt, Véronique, créatrice d’Hanaya Bijoux.